L'histoire de Gibson

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photographie d'Orville Gibson, le fondateur de Gibson

 

L'histoire de la marque Gibson débuta en 1896 quand son créateur Orville H Gibson ouvrit une petite échoppe de lutherie spécialisée dans la mandoline et la guitare. Selon l'historien de la famille Gibson, Julius Bellson, le pére d'Orville aurait été envoyé d'Angleterre aux Etats-Unis par sa famille alors qu'il n'était qu'un jeune garçon. Ses parents ont certainement voulu faire profiter leur fils de l'environnement propice et prospére des Etats-Unis. Tous les mois le garçon recevait une somme d'argent et cela jusqu'à sa mort. Ce fut en partie grâce a cette argent qu'il put élever sa famille. Il finit par s'installer à Chateaugay dans l'Etat de New-York. Il y fonda une famille heureuse qui fut étroitement liée à l'art. En effet tous ses enfants s'orientérent vers des carriéres artistiques mais ce fut son fils, un des plus jeunes de la fratrie, qui connut la plus belle et la plus importante. Orville H Gibson nacquit en 1856 à Chateaugay. Dans son enfance il alla à l'école ou il obtint d'excellents résultats scolaires bien que son esprit était ailleurs. Il se passionna dans son enfance pour la lutherie et le travail du bois. Il apprit également à jouer de la mandoline et de la guitare. Ces deux passe-temps devinrent rapidement des passions pour lesquelles le jeune Orville consacrait une large partie de son temps libre. Jusqu'à sa majorité il accumula des connaissances en lutherie, en menuisserie et en ébénisterie par l'étude de documents d'apprentissage en la matiére et l'experimentation de constructions d'objets de bois, le poussant parfois à démonter d'anciens meubles familiaux afin de récupérer des matériaux nécéssaires à ses projets de construction. Cette orientation sera initiatrice de son projet professionnelle futur.

En 1880, Orville H Gibson décida de s'installer dans la petite ville de Kalamazoo dans le Michigan. Il avait 24 ans et la vie devant lui. Là bas il exerca différents métiers tout en continuant à s'adonner à la lutherie. A la suite de plusieurs années de travail salarié, Gibson épargna une coquette somme d'argent qui lui permit de créer sa premiére échoppe de luthier. Son échoppe était spécialisée particuliérement dans la mandoline, qu'il aimait beaucoup, mais proposait en complément des modéles de guitare acoustique. Le commerce commença en 1896. Au début Orville travaillait seul puis au fil des années et du succés il s'entoura d'une équipe de luthiers et de vendeurs. Sa nouvelle activité fut pour lui un véritable aboutissement personnel car il était pleinement satisfait de son travail ce qui l'enrichissait grandement. Il devint un homme comblé. Son apprentissage de luthier lui donna des idées pour améliorer la mandoline. Il faut savoir qu'en plus de nombreuses connaissances en lutherie, Gibson était un véritable artiste de grand talent doté d'une importante sensibilité artistique et d'une fouge créatrice trés prenante. Ces traits de caractére eurent pour effet de le cloitrer dans son atelier pendant des journées entiéres, durant lesquelles il coincidait ses connaissances et ses visions artistiques. Pour produire ses premiéres mandolines Orville Gibson eut d'ingénieuses idées. Il décida dans un premier temps d'appliquer à la mandoline, puis à la guitare, les principes de production utilisés par les luthiers de l'époque pour les violons. Il creusa en conséquence les tables d'harmonie dans des blocs de bois relativement épais pour obtenir une surface convexe sur laquelle était placée un chevalet mobile afin d'accroitre le volume et la qualité sonore des instruments. Les cordes ne furent plus fixées au chevalet mais à l'extremité de la guitare par l'intermédiare d'un cordier ( à l'image de la guitare battente ) . Cette singuliére technique de production fut trés pertinente car elle amélirora grandement les fonctions acoustiques de la mandoline et de la guitare. Le son nouvellement produit était d'une tout autre nature. A cette époque la mandoline connaissait un grand succés ce qui, grace aux qualités des instuments, permit à l'échope de rencontrer un grand succés populaire. Son activité pouvait donc perdurer. Suivant ses gouts artistiques Gibson habillait ses modéles d'incrustations de nacre trés complexes, de marqueteries et de volutes trés spectaculaires. Les couleurs noir et orange furent souvent utilisées. Le nom de la marque était inscrit en jaune sur la tête. L'esthetique paufinée d'Orville faisait resortir son imagination délirante et son gout prononcé pour l'excentricité mais il est vrai que ce furent de trés beaux modéles dotés de grandes qualités musicales. Ces innovations inspirérent la production future de la marque ( il existe de nombreuses similitudes entre les premiers modéles et la suite de la production ) mais également les constructeurs concurrents. Les qualités instrumentales, dues aux innovations, consistaient la premiére raison du succés de la marque à travers les époques. Orville Gibson devint alors une personnalité importante dans le monde de la guitare. Tous les modéles qu'il construisait étaient de bonne qualité et étaient récompensés d'un franc succés. Cette popularité fit augmenter sensiblement la poduction. L'échoppe devint en quelques années populaire, renomée et rentable. Les instruments étaient parmis les meilleurs du marché au point de vue musical. En raison de son fort succés commercial, la petite entreprise intéressa de riches investisseurs de la ville. La véritable histoire de ce rachat n'est pas établie mais la légende nous offre deux théories. La premiére nous relate que les investisseurs auraient profité du caractére bohéme d'Orville Gibson pour racheter l'entreprise à bas prix. Le contrat aurait été à son net désavantage en lui offrant 2500 dollars de rémunération nette. La deuxiéme relate que Gibson était apte à se défendre et que le contrat consistait en un égal partenariat. Il est néanmoins avéré qu'Orville Gibson c'était associé en 1902 à cinq riches hommes d'affaires locaux afin de créer communément l'entreprise Gibson Mandolin Guitar Manufacturing Co. Dés lors Orville, responsable de la production, maintenut le meme cap et produit des guitares et des mandolines de meme type ayant connut le même succés. Comme le dit le proverbe : " on ne change pas une équipe qui gagne " . L'entreprise continua à s'accroitre et acceda au top dix des offreurs de guitare sur son marché. Grace à son talent et surtout à ces trouvailles Orville Gibson était arrivé à fonder une entreprise solide et importante en Amerique et a élevé son nom au rang des grands hommes de l'histoire. Sa carriére fut une réussite et elle serva de base au prolongement de l'activité de son entreprise. Bien que trés doué Orville eut une personnalité trouble. Il était trés excentrique et instable. Ses troubles l'obligérent à s'interner dans un service psychiatrique entre 1907 et 1910. Ce fut en 1909, aprés quatorze ans d'activité de luthier, qu'Orville Gibson se retira de sa compagnie. L'histoire évoque deux possibles raisons. La premiére serait qu'en conséquence de l'aggravation de ses troubles mentaux, Orville fut à l'époque incapable d'assumer la charge inhérente à sa profession. La deuxiéme serait qu'Orville s'était lassé de la lutherie car la production de masse aurait minimisé l'importance de son travail. Aprés son départ il partit s'installer à Ogdensburg, dans l'Etat de New-York, ou il morrut le 21 Aout 1918. Orville fut une personnalité importante du monde de la lutherie. En effet ces idées totalement nouvelles inspirérent largement les luthiers de son entreprise. L'entreprise étant devenue au fil des ans trés importante ses idées eurent de lourdes répércussions. En plus des luthiers de Gibson de nombreux constructeurs s'inspirérent de son travail.

 

Gibson Style O Artist établi en 1903 et la L1 établi en 1908 

 

 

John W Adams ( un des investisseurs initiaux ) prit la direction de l'entreprise au départ d' Orville Gibson. Les plus hautes places hiérachiques étaient occupées par le reste des investisseurs de 1902. Orville Gibson avait par son travail acharné procuré un avantage concurrentiel trés puissant à son entreprise qui était la qualité des instruments et la singularité de la production. Conscient de l'intéret d'utiliser ces facteurs clés de succés et des grandes opportunités du marché ( la mandoline est de plus en plus populaire et la musique se développe fortement dans le pays ) les dirgeants, désireux de répondre à leur finalité ( le profit ) réalisérent dés lors un trés bon compromis entre les découvertes exploitables du créateur et les innovations et découvertes apportées par les autres luthiers de la firme. Ils gardérent en conséquence la construction des tables d'harmonie, les décorations, les volutes et les couleurs noir et orange propres à Orville Gibson. Un progrés important dans la production intervient en 1910 par le biais d'un des dirigeants Lewis Williams, qui eut l'ingénieuse idée de surrélever la plaque de protection afin de permettre à la table d'harmonie de vibrer plus intensément apportant alors un rendement sonore plus volumineux et de meilleur qualité à la guitare. En plus de cette intéressante innovation, les dirigeants de Gibson décidérent d'ouvrir l'angle de jonction du manche avec le corps de l'instrument. Cela eut pour répércussion d'élever la hauteur du chevalet, d'accentuer la pression des cordes sur le chevalet mais aussi d'augmenter le volume sonore des instruments. Ces innovations restérent comme base de lutherie dans l'entreprise pendant des années. La qualité continua a augmenter, la gamme de produits gagna en ampleur, la notoriéte devena véritablement excellente et le volume et la valeur des ventes, déja trés fort, connurent une forte augmentation. Gibson était devenu leader de son marché. Etant donné que le volume de production ne cessa d'augmenter l'entreprise dut investir dans la construction d'une usine à plus grande échelle. C'est ainsi que nacquit  en juillet 1917 ( suivi par la suite de nombreuses autres ) la premiére usine de production de masse Gibson à Parsons Street dans la ville de Kalamazoo. Le marché des instruments à cordes fut dominé par le banjo et la mandoline jusqu'à la fin de la seconde guerre mondiale ( 1914-1918 ). La place de la guitare augmenta depuis progressivement mais continuellement dans sa famille jusqu'à devenir de nos jours l'instrument le plus utilisé au monde. Cette modification du marché incita l'entreprise à changer de nom pour Gibson Inc. Entre 1910 et 1920 l'entreprise apporta encore des innovations à la guitare comme le chevalet de hauteur ajustable ou le systeme de barre métalique dans le manche communément appelé " truss rod " . Ne dérogeant pas à l'immuable régle, les innovations insufflérent une croissance et un dévelopement pour l'organisation. Mais c'est en 1919 que Gibson va prendre un tournant essentiel dans son histoire. A cette date elle embaucha un nouveau luthier Lloyd Loar. Ce luthier était à la base un musicien et un professeur de mandoline et de guitare de jazz renommé dans sa région. Chez Gibson il suivit l'idée originelle du fondateur : appliquer à la mandoline et à la guitare les principes de production du violon. C'est ainsi qu'il remplaça la rosace circulaire par des ouies en forme de F, ouies identiques à celles des violons, placées à droite et à gauche de la table, allongea le diapason et surréleva la touche afin qu'elle ne soit plus en contact avec la table. En plus de ces trois innovations Lloyd Loar partant du principe que chaque piéce de bois a une nature, une fléxibilité et une résonnance différente, affina et modula les tables d'harmonie, les barrages et les dos en fonction de leur caractéristiques de telle façon que chaque instrument soit un ensemble homogéne de bonne qualité. Grace à lui la gamme de guitare gagna considérablement en qualité. De fait son travail était de trés bonne qualité mais c'est surtout la filiation importante de ses innovations qui donnérent à Lloyd Loar un caractére célébre et illustre. Le luthier avait également en tête le projet d'éléctrifier la guitare. De ce projet est né la fameuse L5, qui fut la premiére Gibson éléctrique. Les dirigeants étaient trés scéptiques à cette idée et n'étaient absolument pas d'accord sur la nature des recherches de l'inventeur. Pour ces raisons Gibson licencia Lloyd Loar aprés cinq ans de bons et loyaux service pour l'entreprise. Durant cette période il créa plus de 300 mandolines et plus de 30 guitares. Il apporta à la marque ses intéressantes innovations, son projet d'éléctrification de la guitare ainsi qu'une forte valeur ajoutée générée par ses modéles. Aprés son licenciment il créa sa propre entreprise, Vivi-Tone. Cette derniére était une des premiéres à commercialiser des guitares et des violons éléctriques. Malheuresement pour lui son entreprise s'effondra ce qui l'obligea à reprendre son ancienne carriére de musicien et de professeur. Lloyd Loar mourrut en 1943. A partir de 1930 l'avenement des Big Bands de Jazz et l'émergence du Blues donnérent le coup de grace à la mandoline et au banjo en donnant le top départ tonnitruant de la guitare aux Etats-Unis. Suivant l'évolution opportin de son marché, Gibson décida d'orienter particuliérement son activité vers la guitare. L'entreprise démarra alors une longue ascension qui annonça de vaste profit et une notoriété immense à travers le monde. Gibson divisa alors sa production en deux grandes catégories de guitare : la guitare éléctrique et la guitare acoustique. Ces deux productions ayant une histoire et des caractéristiques bien différentes nous les traiterons consécutivement en commençant par l'histoire des guitares éléctriques. Il est à noter que ce sont les guitares éléctriques qui apportérent le plus de profit et de notoriété à Gibson, bien que leur guitare acoustique soit de bonne qualité elles ne purent rivaliser avec le spécialiste Martin.

 

La L5 établie autour de l'année 1920 fut la premiére guitare éléctrique Gibson

 

La réussite commerciale et musicale des premiéres guitares éléctriques fabriquées par les concurrents poussa Gibson à s'intéresser à ce phénoméne qui deviendra une importante révolution musicale. L'entreprise reprit et continua les expérimentations de Lloyd Loar sur l'éléctrification de la guitare à la fin des années 1920. De cette important travail résulta l'éléctrification réussie d'une guitare hawaienne. Devenu confiant, Gibson décida de se lancer sur le marché encore peu important de la guitare éléctrique. Pour ne pas prendre trop de risque l'entreprise lanca au début qu'un seul produit la ES-150 en 1936. Cette guitare d'entrée de gamme connut un important succés et est reconnue aujourd'hui pour être la guitare à avoir utilisé le premier micro éléctromagnétique de l'histoire. Ce micro se compose d'une ou deux bobines et d'un ou plusieurs aimants placés sur la table à l'aplomb des cordes. Ce systéme fonctionne trés bien car quand les cordes vibrent dans le champ magnétiques du micro, elles produisent un courant éléctrique de faible intensité, qui amplifié est transformé en ondes sonores par l'intermédiare d'un haut parleur. Les notes sont alors émises par l'amplificateurs. Ce principe est désormais universel et est admi par un nombre important de constructeurs. Le terme ES signifie Electric Spanish. Touchant une large clientéle et ayant produit des guitares de bonne qualité la firme décida de décliner d'autres modéles à partir de la ES-150 qui connurent tous un grand succés. Il y eu la ES-100 qui était une version économique, la ES-250 qui était une version plus élaborée et enfin la ES-300 qui détenait un seul micro oblique. Avec ces différents modéles Gibson était lancé sur son marché et le succés ne s'étant pas fait attendre l'entreprise se concentra fortement sur la création de nouvelles guitares éléctriques. En 1934 la compagnie instaura un nouveau concept apliqué à toute leur production de guitares éléctriques et acoustiques qui était l'augmentation sensible de la superficie du corps. Cette augmentation a acrru fortement le volume sonore et la qualité des instruments. De ce changement nacquit la populaire et sublime Super 400 de 18 pouces, elle devient une guitare éléctrique en 1951 et fut nommée Super 400 CES ( Cutaway Electric Spanish ). Le succés retentissant des gammes de Gibson fut comme ce fut le cas pour beaucoup de ses concurrents freinés considérablement par l'importante et dévastatrice deuxiéme guerre mondiale ( 1939-1945 ) . Gibson dut interrompre sa production dés 1942 pour se consacrer à l'obligatoire effort de guerre. Mais quand aprés la guerre l'entreprise revint en premiére ligne, le marché ( principalement la demande ) avait considérablement changé. La guitare éléctrique avait complétement détroné la guitare acoustique. Quand la guitare acoustique avait mi 100 ans pour se développer la guitare éléctrique en avait mi 30 pour la doubler. Gibson prit note des modifications et réinstaura ses anciens modéles. Ainsi la marque recommenca à se dévellopper et à s'accroitre. On vit notamment les fameux Bill Haley, Scotty Moore et Elvis Presley se déchainer sur les splendides Gibson de l'époque. En 1944 l'entreprise fut intégralement achetée par la société CMI ( Chicago Musical Instrument ) qui fera batir de nouveaux locaux et nomma en 1948 Ted MacCarty au poste de directeur de l'entreprise. Entouré d'une équipe compétente, l'homme donna naissance aux modéles les plus emblématiques de la firme et initia de trés bonnes innovations. Gibson comprit alors que l'adhésion à sa marque de grand musiciens lui était trés bénéfique commercialement. Elle réalisa en conséquence de nombreux modéles au noms de grands musiciens tels que Tal Farlow, Howard Roberts, Hank Garland et Billy Bird ( qui participérent  ensemble à la constuction de la Byrdland ) . Ces modéles étaient le fruit de la collaboration d'artistes avec les luthiers de la marque. Cela fut une grande réussite et ce principe se perpétra par la suite de nombreuses fois. La notoriété et les ventes augmentérent fortement avec l'arrivée de ces modéles signatures.

Voici à gauche la Super 400 CES, au centre la ES 120 de 1955 et à droite la L5 CES :

 

          

 

 

  

Voici à gauche la Byrdland et au centre une publicité de Gibson

 

Apeuré par l'arrivée de Fender sur le marché, Ted MacCarty chercha de nouveaux débouchés. Il décida alors d'embaucher Les Paul comme  luthier, pour faire profiter la marque de ses trouvailles. Les Paul de son vrai nom Lester Williams Polfus nacquit dans le Wisconsin en 1916. Durant toute son enfance le petit Lester s'interessa à l'éléctronique. Il apprit également la guitare dés son plus jeune âge. A l'adolescence il commenca une carriére musicale comme musicien de Jazz et de Blues. Lester fut le premier homme a utiliser une guitare amplifiée. Pour inventer ce systéme il demonta le téléphone et la radio familiale pour coller un micro à sa guitare qui reliée à la radio était amplifiée. Cette rocambolesque histoire représente la naissance de l'amplification de la guitare. Par la suite il fut salarié d'Ephiphone, oú il construit son premier prototype ainsi que de nombreux projets d'amplification de la guitare, et continua  sa carriére musicale qui commenca a devenir intéressante. Les projets qu'il avait bati lui servirent d'instruments qu'il utilisait trés fréquemment. Le musicien fier de ses trouvailles alla présenter ses ébauches à Gibson qui sarcastique lui claqua la porte au nez. Ce fut en 1950 que Gibson ravala sa salive et courtisa le créateur qui ne put refuser l'alléchante offre de travail. Dés lors Les Paul partagea ses idées avec les luthiers de Gibson. Le travail fut fructueu et abouti à la création de la  fameuse guitare Les Paul en 1952. Il fut avéré que Les Paul créa le combinet chevalet-cordier en trapéze et instaura la couleur or. Tous le reste serait le fruit des luthiers de Gibson. Satisfait de leur réalisation, Gibson réalisa divers dérivés de la Les Paul comme la gamme junior ou deluxe. Cette guitare trés moderne et élaborée connut un grand succés et fut la solid-body la plus répandue au monde. De la Les paul nacquit la Les Paul SG en 1961. Les Paul décida de retirer son nom de cette guitare trois ans aprés sa création car il ne souhaitait pas prolonger son contrat avec l'entreprise. A forciori il n'aimait guére cette nouvelle guitare. Le terme SG signifie Solid Guitar. La SG remplaca la production de la Les Paul ( qui reprit rapidement aprés ) . Cette guitare était spécialement concue pour le rock aggressif et connut un vaste succés à travers les époques.

Voici la Gibson Les Paul à gauche, la Gibson Les Paul Custom au centre ( il existe deux exemplaires de cette guitare ) et à droite la Gibson SG :

 

        

 

A partir de 1950 la gamme des guitares éléctriques évolua sensiblement. La marque instaura alors une large gamme de guitare thinline. Les thinline se caractérisaient par une table et un dos bombés, des éclisses réduites de cinq centimétres, un petit diapason et un grand confort de jeu. Ces guitares convenaient particuliérement au Jazz. Le son obtenu par ses guitares était trés moelleux et trés agréable. Malheureusement elles étaient soumises à d'importants feed-back. Le feed-back est un son hurlant, inaudible, du aux retours des ondes sonores qui pénétrent à nouveau dans le corps puis sont recaptées par les micros. Pour palier à ce gros probléme la marque eut l'idée de produire des guitares thinline dont la caisse de résonnance était coupée au milieu par un bloc de bois massif qui intercepte les interférences sonores. Ces instruments furent nommés " semi-solid " . La gamme thinline de Gibson vit évolué les excellents modéles ES-350 T, ES-335 TD, ES-335 DOT et la ES-345 TD. Toutes ces guitares connurent un grand succés et furent utilisées par de nombreux musiciens connus. Elles sont toujours commercialisées de nos jours. En 1957 Seth Lover et Walter Fuller, tous les deux artisans chez Gibson, inventérent le micro humbucker. Il apportait à l'amplification une grande qualité et une fiabilité élevée avec la limitation importante des bourdonnements et des feed-back.

Voici à gauche la ES 335 DOT et à droite la ES 335 Crest de 1969 :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1960 afin de s'adapter à l'important mouvement rock, qui ne cessera de s'accroitre, Gibson a produit trois modéles spéciaux et totalement différents des anciennes guitares éléctriques. Il s'agit de la Flying 5 conçu spécialement pour les rockers aggressifs puis de l'Explorer pour les puristes du rock et finalement de la Firebird qui était un mélage des deux guitares. L'esthétique de ces guitares était trés originale et leur qualités musicales multiples. Le succés fut au rendez-vous pour ces singuliéres guitares.

 

La Flying 5 ( en haut ) et l'Explorer ( en bas ) 

 

 

Gibson est spécialiste de la guitare éléctrique qui représente plus de la moitié de son catalogue et de son chiffre d'affaire. Tous au long de son histoire la marque a produi beaucoup de modéles et ne cessa d'innover. Toutes ces guitares furent de bonne qualité et belles. Leader de son marché la marque est surement celle qui aura le plus marqué l'histoire contemporaine de la guitare. Gibson détient aujourd'hui la premiére place des constructeurs de guitare.

 

Vingt-quatre ans aprés sa création, Gibson prit, comme pour le lancement de la premiére guitare éléctrique, le risque de se lancer sur le secteur de la guitare acoustique qui était largement dominé par la puissante firme Martin. Ses premiéres créations furent des guitares à tables plates, dites flat-top, peu élaborées. Il y eut le modéle 0 en 1903 ( guitare cintrée ) , la L1 ( guitare simple, de petite taille qui connut un important succés en grande partie du à son utilisation par le bluesman Robert Johnson ) et la Nick Lucas du nom du célébre guitariste ( guitare qui convenait particuliérement aux années folles ) . Ces trois guitares de bonne qualité furent récompensées d'une forte popularité. Gibson arriva donc à se frayer une place intéressante dans le marché de la guitare acoustique toujours largement dominé par Martin. La fin de la dépression en 1930 permit à Gibson de se réhausser sur son marché en profitant de l'aspiration d'oppulence des américains. Pour répondre à cette demande Gibson se mit à produire des guitares haut de gamme tels que la LC Century, réalisée à l'occasion du centenaire de la ville de Chicago. Ces guitares attirérent en nombre les chalands, ce fut un grand succés qui installa confortablement Gibson dans le marché. A cette date Gibson connut son plus grand succés avec la splendide SJ 200 ( la plus belle guitare au monde à mes yeux ). Cette jumbo aux formes généreuses et aux dimensions importantes fut produite à l'intention des cow-boys amateurs de country et de folk. Cette merveille instrumentale fut le fruit de la collaboration du cow-boy Ray Witley et de Guy Hart, un des dirigeants de l'époque. En 1934 la marque eut la bonne idée de produire des guitares de grandes dimensions afin d'augmenter le volume sonore de l'instrument. C'est ainsi qu'apparurent la gamme des Jumbo qui malgré une production de bonne qualité ne connut pas le succés escompté. En 1937 l'Advanced Jumbo fit son apparition pour concurrencer l'excellente D-28 de Martin. Fabriquée en palissandre de Rio cette guitare, comme sa petite soeur la Jumbo, ne connut guére de succés. La deuxiéme guerre mondiale aggrava la situation déjà morose de Gibson. Une grande partie des ouvriers furent réquisisionnés et les approvissionements de matériaux se raréfiérent. En 1942 la production s'arreta net pour palier à l'effort de guerre. Cela ne découragea pas Gibson qui relanca sa production aprés la guerre. C'est ainsi que l'entreprise connut deux de ces plus grands succés commerciaux, la Southern Jumbo ( réalisée pour les musiciens de Sud ) et l'imposante Dreadnought J-45. L'entreprise lanca alors le slogan " Only Gibson is good enough " " Seulement Gibson est assez bon". Le slogan fut présent dans l'intégralité des campagnes publicitaires et apposé sur la tête des guitares. Il fut trés populaire mais contrecarré par celui d' Epiphone " When good enough isn't good enough " " Quand c'est assez bon ce n'est pas assez bon ". Gibson dépité par tant d'audace supprima son slogan pourtant trés efficace. Gibson possédait à l'époque un large catalogue de bonnes guitares qui furent populaire en Amerique. Dans les années 1960 et 1970, l'entreprise sut profiter des courants musicaux en vogue pour créer des modéles attractifs la placant par la suite au sommet de son marché. En collaboration avec les fréres Everly, Don et Phil, Gibson mit au point la Everly en 1962. Cette guitare proche de la SJ 200 dont les deux fréres raffolés, connut un franc succés. C'est la seule guitare au monde qui posséde un fan club. Il est basé en Hollande et regroupe des anonymes ainsi que des célébrités tels que Albert Lee, ardent défenseur de la Everly. Toujours en 1962 sortit la Hummingbird et la Dove. Ce sont deux trés belles Dreadnought de grande qualité. Les jeunes américains adoptérent en masse ces trois guitares qui collérent parfaitement aux désirs des musiciens de l'époque.

Sur le marché de la guitare acoustique Gibson grace à ces efforts et une adaptation à la demande arriva à bien se positionner. Elle acquit une bonne notoriété et réalisa un chiffre d'affaire intéressant. Elle a produi de trés bonnes guitares reconnaissables par leur grandes qualités musicale et leur trés belle esthéthique.

Voici à gauche la SJ 200 et à droite la Dove :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tous au long de son hisoire Gibson réalisa de large gamme de guitare toujours à la pointe de la qualité. Les luthiers de la firme furent également trés inventifs. Les nombreuses innovations qu'il insufflérent furent marquantes et améliorérent grandement la guitare. Depuis sa création l'entreprise ne cessa de s'accroitre et de se dévellopper pour finir par devenir la premiére et principale marque de guitare au monde. Gibson est devenu un groupe qui détient les entreprises : Epiphone, Steinberg, Baldwin, Kramer, Tobias, Oberhein et Slinger Land. En 2007 l'entreprise avait un chiffre d'affaire de 171 millions de dollars.

 

 

121 votes. Moyenne 3.52 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site